Collège de Guinette
AVENUE DES MEUNIERS 91150 ETAMPES
Site de l'académie de Versailles

Accueil > Les ateliers et projets > Lutte contre le harcèlement scolaire > Séance de présentation du projet au 5e1

Séance de présentation du projet au 5e1

jeudi 2 février 2017 par Sammani A-H

Aujourd’hui, on n’a pas fait cours d’histoire comme d’habitude. Quand on est entrés dans la salle, il y avait 4 personnes qu’on ne connaît pas.
Il y a Julie Barratti, éducatrice à PrevSud, avec ses collègues ils sont là pour soutenir les jeunes et les projets. Ils peuvent nous aider sur le thème du harcèlement car ils ont déjà aidé des jeunes qui y ont été confrontés.
M. et Mme Jean et Danièle Ridereau sont réalisateurs dans l’association Lumières des Cinés. Et Justine Bliot est en stage dans leur association. Elle est au lycée professionnel en seconde en filière SPVL (Service de Proximité et Vie Locale).

On a commencé par bouger toutes les tables pour discuter et ne plus être des élèves mais de futurs comédiens ou réalisateurs… On les a poussées contre les murs et on a fait un grand cercle pour être tous ensemble : on peut tous se voir, on peut être ensemble et partager nos idées.

On est là pour faire un film. Pour faire un film sur le harcèlement à l’école.

Pour commencer, ils nous ont demandé quels métiers il faut pour faire un film ? Là, on a réussi à trouver beaucoup de réponses :
- Ingénieur son,
- Réalisateur (c’est lui qui décide comment va être fait le film, qui décide où mettre les caméras…),
- Cameraman,
- Perchiste (c’est celui qui tient la perche avec le micro au bout), et Preneur son
- Auteur, mais dans le monde du cinéma on parle de scénariste,
- Acteur, les figurants (ce sont tous ces gens qu’on voit en arrière-plan dans les films mais qui ne parlent)
- Graphiste (pour faire les décors),
- Maquilleur,
- Habilleuse,
- Styliste,
- Monteur,
- Assistant réalisateur,
- Metteur en scène (=il dit aux acteurs comment se placer, comment jouer…)
Mayron demande « Comment on fait pour pleurer ? »
Justine lui répond qu’on peut mettre des gouttes ou alors on arrive à pleurer sur commande.

Et Mme Ridereau nous dit qu’il y a plein d’autres métiers : électricien, menuisier, coiffeur…
Il faut aussi des sous pour faire un film. Vous savez comment on appelle celui qui doit s’en charger ? L’argentiste ? La banque ? Mais non, c’est le producteur !

Maintenant on sait que pour notre film il va falloir remplir tous ces rôles. Et en plus, on pourra le faire chacun notre tour ! Flora, elle, a déjà dit qu’elle voulait filmer 

Mais avant de tourner, il va falloir écrire le film. Il faut écrire un scénario. Que nous faut-il ?
- Du papier ?
- De l’imagination,
- De l’inspiration,
- Des idées,
- Un thème. Pour nous, c’est le harcèlement.

Mais comment on fait pour écrire un film sur le harcèlement ? On réfléchit à quoi d’abord ?
On fera un brainstorming… C’est un « orage de cerveau » ! On donnera toutes nos idées. On a des images qui vont venir, et petit à petit on aura des idées pour savoir comment faire notre film et de quoi on va parler.
Il faudra faire du repérage (c’est aussi un métier du cinéma !) pour savoir où tourner. On devra regarder le collège comme un lieu de tournage… On pourra aussi tourner avec un « fond vert » qui permet d’ajouter le décor de notre choix au montage du film.

Danièle et Jean expliquent qu’il y a 3 types de films :
- Court métrage : peut durer jusqu’à 26 minutes
- Moyen métrage : dure entre 26 et 56 minutes
- Long métrage : à partir de 56 minutes

M. et Mme Ridereau nous montre un court métrage qui a été réalisé avec des élèves du collège, sur la thématique du harcèlement.
Dans ce film, il y a un concept artistique : une jeune fille se fait harceler et ses émotions s’écrivent sur son visage. C’est original. On veut montrer les conséquences du harcèlement, on veut toucher le spectateur (pleurs, rires, peur…), on veut créer de l’émotion.

Pour écrire notre film, on va se mettre ensemble, en deux groupes.
On commencera par écrire un synopsis (un résumé de l’histoire) et ensuite on écrira le scénario. Scène par scène :

Pour finir la séance, M. et Mme Ridereau nous montrent quelques accessoires de cinéma :
- Le clap sert pour le montage : sur le clap on indique le numéro de la scène, du plan et de la prise. On ne tourne pas toujours dans l’ordre du déroulement du film.
- La perche micro : pour prendre le son du film. C’est drôle : sur le micro de la perche on peut ajouter une sorte de moumoute qui absorbera le vent dans les scènes d’extérieur.
- La caméra : elle est toute petite, on dirait un appareil photo.
Du coup, quelques élèves ont été volontaires pour tourner un bout d’essai. On en a même oublié la récréation ! « »


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Collège de Guinette (académie de Versailles)
Directeur de publication : Loïc Bourdin